Rencontrez Mylène L. Chamblain, une chanteuse-compositrice bercée par la folk et le blues

Par L'équipe Gigstarter le 14-06-2021

Mylène L. Chamblain est une des artistes de Gigstarter Wallonie. Bercée depuis toujours par la folk, le blues et la country, elle s'est livrée à notre équipe et nous en dit plus sur sa carrière, ses rêves et ses projets.

Comment a commencé ta carrière musicale ?

Même si j’ai, au préalable beaucoup fantasmé en faire un métier, je ne savais pas tout à fait encore que je voudrais par la suite orienter ma vie autour d’elle car pour moi, le domaine musical était bien trop peu considéré, pris trop souvent comme un divertissement et je pense avoir été bêtement conditionnée par cette idée pendant très longtemps.
A l’âge de 14 ans, j’ai composé ma 1ère chanson de A à Z, écriture et mélodie puis s’en sont suivies des pages entières maculées.
Je me suis décidée fermement à ne jamais plus prendre seulement la musique comme « outils d’expression » et activité artistique secondaire mais de lui donner un maximum de place.
Après quelques expériences en région parisienne puis ensuite à Toulouse où je mûrissais l’idée de produire mon 1er album, j’ai naturellement consacré mon temps de plus en plus à la musique vers l’âge de 24 ans et en 2004 avec le soutien du groupe de Blues toulousain AWEK et la rencontre avec l’ingénieur du son Roger Shepherd (formé chez E.M.I Music Glasgow) l’album « Hold Fast » est né.

Aujourd’hui, je réalise aussi bien ma com’ que celle d’autrui dans différents domaines mais la musique fait partie aujourd’hui de ma principale activité.

Tu es autodidacte, peux-tu nous en dire plus sur ton apprentissage de la musique ?

J’ai observé mon père répéter avec son groupe de Blues « Southern Comfort » depuis toute petite, à 11 ans je commençais à ressentir de fortes choses en les écoutant et vers 13 ans, j’ai demandé à prendre des cours de batterie. J’étais introvertie et ne savais pas comment faire de la musique, quel instrument me porterait.
J’étais subjuguée par l’harmonica, la guitare mais surtout…la batterie. Je pense que ce passage derrière les toms et la grosse caisse, les cymbales qui « crashaient », m’ont aidé à réveiller ma confiance, ma persévérance et mon endurance rythmique, les pulsations du coeur étant aussi un bel instrument rythmique, tout venait sûrement de ce désir palpitant de vibrer et tout à commencé là.
Puis, comme j’adorais les chanteur.ses de blues, je me suis mise à chanter en suivant mes exercices à la batterie installée dans le salon et quelques mois ont suffit pour que je m’intéresse au chant… La guitare de mon papa et l’adolescence insouciante aidant, je lui ai quelque peu « volé » sa 6 cordes pendant au moins 1 an, pour apprendre seule et avant de pouvoir composer, avec les méthodes de Marcel Daddy sur les genoux et quelques covers de groupes Rock a tenter comme: Pink Floyd, Metallica, Nirvana, Lou Reed, Alanis Morrissette, Janis Joplin, Les Rolling Stones ...
J’ai donc appris seule. J’ai constitué mon apprentissage avec d’autres musiciens expérimentés et à mon rythme en étudiant tout ce que je pouvais avec la méthode américaine de tablatures.

Comment décrirais-tu ta musique ?

J’ai commencé par jouer plus confortablement avec les sonorités Country & Blues et vocalement, je me sentais très proche de cette musique puis sans laisser mes influences de côté, j’y ai osé plus de Rock, mis de la Folk et aujourd’hui, après quelques années à se forger, à vivre des expériences qui ont fait évoluer mon caractère et m’ont rendue plus accomplie, ma musique est devenue au fil du temps, plus Americana, que j’aime d’ailleurs placer davantage dans la catégorie « Road Music ».

Tu baignes dans le blues et l’americana. D’où vient ton attachement pour ces genres musicaux ?

Comme raconté plus haut, j’étais fan du groupe dans lequel jouait mon père, « Southern Comfort » . Tous les membres du groupe étaient fans de Blues, de Blues traditionnel et s’épanouissaient dans la reprise de certains grands standards de Ben E. King, B.B King, Eric Clapton, T-Bone Walker, Gary Floyd et tant d’autres mais à la maison, nous pouvions aussi écouter beaucoup de Negro Spiritual, de Gospel, de la musique Afro-Américaine, voire carrément d’origine Africaine, du Blues-Jazz, de la Soul, du Delta Blues, de la musique Cajun.

Puis, nous balancions aussi de la Country, du Bluegrass, Honky Tonk, Rockabilly, toutes musiques tenant leurs origines du Blues et du Gospel. Pour ma part, comme je suis une solitaire appréciant toutes les musiques mais me retrouvant dans ces styles cités et dans le rock, la musique Americana est un beau mélange dans lequel je peux tout retrouver.

Quant à cette musique là, elle me transporte dans les grands espaces américains que j’ai eu plus tard la chance de parcourir pendant un long voyage de 40 jours à bord d’une Buick Lesabre de 1980 (mon année de naissance aussi ;-)) et rouler plus de 10. 000 kms dans tout le sud des USA.

Quels seraient pour toi les artistes iconiques de ces genres musicaux ? Quels sont les artistes qui t'inspirent ou que tu admires ?

Si je dois citer des artistes iconiques de ces genres musicaux, je pense d’abord et entre autres à: Ray Charles, B.B King, Muddy Waters, Chuck Berry, Etta James, Jimi Hendrix, John Lee Hooker, Sam Cooke, Billie Holiday, The Rolling Stones, Stevie Ray Vaughan, Buddy Guy, Robert Johnson mais il y en a tant…

Pour les artistes « Americana » et ceux que j’écoute le plus: Joe Bonamassa, Sheryl Crow, Johnny Cash, Willie Nelson, Bruce Springsteen, The Dixie Chicks, Chris Stapleton, Kris Kristofferson, Steve Earle, Hank Williams, Emmylou Harris, John Hiatt, Tift Merritt, John Mayer, John Fogerty, Ry Cooder, Thorbjørn Risager…

Etta James - I'd Rather Go Blind (Live at Montreux 1975)

Tu as été très présente récemment pour présenter ton dernier EP, Body And Soul. Peux-tu nous raconter comment se sont passés la création et l’enregistrement de cet EP ?

En juin 2019, je me suis installée à Liège, après plus de 4 ans passés dans la capitale pour des raisons professionnelles qui se sont terminées et je commençais à manquer de ma bulle créative et de calme.
Je travaillais depuis décembre 2018 sur le projet « Plain Jane » et l’écriture et la composition du groupe à leurs côtés, entre autre, avec Julie Compagnon et Christophe Pons, Producteurs du projet et Olivier Fanuel, Xavier Bouillon et Raphaël Pire, musiciens que vous connaissez aussi sur d’autres projets et ayant accompagné de grands artistes en Belgique.

Juste avant le confinement, Plain Jane a pu faire son premier concert release au Cali Club de Bruxelles et en public plus tard sur d’autres scènes liégeoises et de la Province bruxelloise et moi, j’entamais la création de mes nouvelles compositions personnelles.

Mylène

J’ai mis en ligne 2 titres en démo pour donner un peu de nouvelles à ceux qui me suivaient depuis longtemps ou nouvellement en postant : « Losing Game » et « Last Long Road » en cours d’arrangement dans mon Home Studio, puis le confinement est arrivé, tout ne s’est pas arrêté, que du contraire…J’ai passé le meilleur des confinement, une année pleine de cadeaux rêvés pour produire « Body and Soul » et retrouver l’Amour aussi :)
J’étais du matin au soir, casque sur les oreilles, instruments en main, en pleine création et tous les morceaux évoluaient dans une motivation et passion totale. J’ai même eu envie de me mettre au piano et je l’ai fait.
Puis, un message sur mon téléphone, un certain M. Cyril Orcel, Compositeur, Arrangeur, Orchestrateur (qui a notamment composé les musiques de la publicité « Miracle » et « Hypnose » de Lancôme ou les musiques du documentaire « Le Sacre de l’Homme » ou encore « L’Assassinat d’Henri IV », « Le Prince de ce Monde »…) qui me dit avoir découvert mes audios avec grand intérêt et me propose un mixage « test » d’un de mes titres pour mettre en valeur cette profondeur « Americana » très présente dans mes titres. Notre collaboration a démarré avec « Losing Game » jusqu’au dernier de l’EP et continue aujourd’hui avec la suite du projet en cours…

Nous avons donc tout réalisé à distance pendant l’année 2020. J’ai toujours été épaulée fidèlement et accompagnée depuis 2018 par François Verrue, bassiste (qui a joué notamment plusieurs années avec Axelle Red, accompagné Bonnie ‘Prince’ Billy, Adamo…) et nous avons pu nous voir, en respectant évidemment toutes les mesures, à la maison pour les prises « basse ».

Parallèlement, pour co-financer la Production des titres, j’ai lancé un Kiss Kiss Bank Bank au mois d’Août et s’est terminé avec succès au mois de septembre 2020.

Last Long Road

Comment la pandémie a-t-elle affecté ton activité ?

Cette pandémie m’aura donné la chance de travailler plus posément que d’habitude et fait rencontrer des personnes que je n’aurais sans doute pas rencontrées si les réseaux sociaux ne nous avaient pas réunis autant. Cyril Orcel, également plus concentré sur ce mode de communication, il ne m’aurait sans doute pas croisée sur la toile s’il avait été plus occupé à l’extérieur…c’est une vraie chance en ce qui me concerne et concernant les concerts, étant en plein travail avec de nouveaux musiciens, je n’ai pas eu de difficultés à accepter la situation, travaillant sur la sortie justement et sur les prochains concerts de façon plus professionnelle encore.

Cela m’aura affecté dans mon activité plus par le fait de ne pas pouvoir me déplacer dans les studios facilement ou répéter avec tout le monde mais j’ai toujours foi aux alternatives et aux possibilités infinies que nous réservent la vie et notre détermination intérieure.

As-tu des projets pour la reprise des événements musicaux ?

Oui bien sûr ! je travaille sur mon répertoire scénique et de nouvelles compositions afin de proposer un concert représentatif de l’univers de l’album avec le souhait de projeter des images en arrière-plan de la scène.
J’ai aussi en projet de tourner les clips videos des titres de « Body and Soul » et démarcher les festivals en Europe, notamment.

J’espère également retrouver mes acolytes du groupe Plain Jane en forme et avec moins de poids qu’actuellement puisque nous venons de perdre notre ami et un mec formidable, drôle, solaire, un précieux membre de la famille, notre batteur (sur mon projet et celui de Plain Jane), Raphaël Pire et surtout le conjoint de Julie Compagnon que j’embrasse fort au passage.

Comment prépares-tu tes concerts ?

En général, je reprenais contact avec des musiciens amateurs de ma musique selon l’occasion qui se présentait et compte tenu d’une vie séparée en plusieurs activités, et des conditions peu propices, je n’avais pas, depuis longtemps, préparé beaucoup de dates mais ici et depuis BODY AND SOUL, le travail de préparation des concerts est tout autre.

Pour ce nouvel EP, j’aimerais un spectacle abouti et compte travailler plus assidûment de mon côté sur ce projet et en collaboration avec Cyril Orcel, mon Directeur Artistique aujourd’hui. Pour les prochains concerts, il s’agira de répéter le répertoire original en 2 versions selon les événements : Band complet et version acoustique avec sûrement 2 à 3 instruments pas plus pour la version acoustique.

Quel a été ton plus beau souvenir de concert ?

La Lituanie en 2006…une inscription improbable à un Festival improbable dans une ville paraissant complètement abandonnée (Visaginas) et qui, pourtant, rassemble 10.000 amateurs de Country Music chaque année dans le public !
Pour le récit anecdotique, un départ en avion bi-moteur depuis Bruxelles jusque Vilnius (4h de bruit et de vibration en cabine qui ne nous détendaient pas optimalement pour ce grand concert ;-)) et un trajet ensuite en mini-bus jusque Visaginas, lieu de l’événement et de notre logement. Nous étions accompagnés d’un interprète de 18 ans qui faisait ce qu’il pouvait avec nous mais surtout ne nous lâchait pas d’une semelle !

C’était surtout cette scène de 15 m de large, ce son si bien mixé, cette caméra de la TV Lituanienne qui dansait devant nous et l’accueil du public si chaleureux dès la 1ère note du morceau « A change would do you good » de Sheryl Crow que nous avions choisi pour ouvrir le répertoire et qui représentait bien la tonalité des morceaux originaux à suivre.
Foule en délire, 10 000 personnes chantant sur notre son pour ensuite, n’entendre ensuite que le silence et y voir quasiment rouler des pelotes de paille comme dans les Westerns. Comme un rêve furtif, bref, intense.
Incroyable et inoubliable concert hommage à notre ami et batteur, décédé lui aussi, en 2006, 15 jours avant ce grand Show. Perdre 2 amis batteurs en 15 ans, cela fait beaucoup trop pour une petite carrière de musicienne comme la mienne…Mais les plus beaux souvenirs restent et heureusement ce sont aussi des concerts avec eux.

Sheryl Crow - A Change Would Do You Good

Quel serait pour toi un concert de rêve ?

Et bien aux USA ou en Angleterre, en 1ère partie d’un concert de Sheryl Crow tout simplement !
Cette nana…quand je l’écoute jouer accompagnée de ses musiciens, mon coeur bat la chamade, je suis en totale retrouvailles avec mes sensations musicales. Je ne sais pas expliquer pourquoi je rêve tant de partager cette vibration en sa compagnie, peut-être est-ce cette Muse musicale par qui j’aimerais faire valider mes créations.

As-tu des projets futurs à partager avec nous ?

Parallèlement à mes préparatifs pour faire évoluer mon projet *Body and Soul, j’aimerais écrire pour d’autres artistes et composer des musiques pour des projets visuels également, me concentrer sur mon « vrai » métier de cœur : **Auteure-Compositrice (interprète). Il y a aussi une passion pour les plateaux de cinéma où je me retrouve en **tournage* parfois en tant que figurante ou silhouette. Une autre façon de vivre une belle expérience artistique, observer les méthodes de travail, voir se réaliser un projet et y participer tout en rencontrant des gens qui veulent « jouer » et pas simplement se montrer. Ici, je « joue », je sors de mon rythme, je me dépayse et je puise aussi dans des émotions sincères. J’ai d’ailleurs où l’opportunité de participer à l’une des scènes du film Annette de Léos Carax avec Adam Driver et Marion Cotillard, après sélection de silhouettes Leader Singer pour le film articulé sous la forme d’une comédie musicale. Le film sort enfin le 6 juillet 2021 et est en compétition au Festival de Cannes ! Quelle chance d’avoir fait cette belle expérience devant Adam Driver en personne.

Annette - Bande Annonce

Quels conseils donnerais-tu à quelqu'un qui souhaiterait se lancer dans la musique ?

Chaque personne étant unique, avec un parcours et une approche unique de la musique doit déjà comprendre ce qui la relie à la musique. Toutes les raisons sont valables pour se lancer en musique mais je crois qu’il faut savoir ce qui nous relie à elle, connaître ses compétences et oser les découvrir et ensuite se projeter dans une réalité certaine.

Si le cœur et la passion dépassent la peur des difficultés probables d’en vivre (précarité, statut d’artiste difficile à obtenir…), alors TOUT peut arriver ! En musique, comme pour tout travail, il y a la passion, la régularité, le travail accru et surtout le fait d’y croire, s’organiser entre famille et vie artistique... Toujours faire confiance à son intuition et son amour fort pour la musique et travailler, travailler sans se mettre de pression, juste en visualisant son projet, en écoutant et en osant surtout expérimenter des choses. Ne pas se juger, chaque chose importante prend du temps et en musique ne pas se juger est important mais l’auto-évaluation et auto-critique peuvent permettre d’avancer plus vite, accepter la critique constructive de professionnels et persévérer dans son sens.

Financièrement, si l’argent est là, ça aide bien évidemment mais s’il n’est pas encore là, travailler son projet en faisant appel aux amis, aux connaissances et en cherchant des alternatives de financement comme les plateformes participatives. Bien préparer son projet, savoir s’entourer, accepter de recommencer, de remettre à plus tard tout en maintenant des dead-lines et objectifs, en travaillant son instrument ou ses outils le plus possible, en acceptant des projets, en se rendant visibles, en partageant les savoir-faires, en élaborant une bonne communication et son relationnel.

Chacun doit surtout OSER ressentir. Quand on ne sait pas par où commencer, il est nécessaire de se recentrer au calme et fixer un objectif principal. Savoir s’entourer et demander des conseils mais aussi savoir être autonome et pro-actif, avoir l’âme d’un entrepreneur et ne pas avoir peur des déplacements, longs voyages, des heures incalculables de travail ou de déplacement… Et avec ça, se souhaiter tout le bonheur du monde surtout !

Mylène L. Chamblain est toujours disponible sur Gigstarter et sur les réseaux sociaux ! Si comme elle vous voulez faire partie de la communauté Gigstarter, c'est rapide et c'est gratuit :
Je m'inscris



Blogs similaires sur Gigstarter:

Vous êtes intéressé par l'industrie de la musique, les conseils pour artistes et Gigstarter ? Lisez notre blog.

Gigstarter rend la musique live accessible à chacun. Sur gigstarter.be, vous trouverez facilement de la musique live pour votre événement. Ce service est gratuit de toute commission ou frais de réservation, pour les artistes et les clients. Jetez un coup d'oeil à notre site internet et suivez nous sur Facebook pour rester au courant des événements et nouveaux talents Gigstarter.

Pas de tracas, plus de musique


Tags: americana, country, blues, belgique, actrice, chanteuse, interview, artiste